Un premier novembre radieux...

Publié le

C'est donc par un temps de Toussaint exceptionnellement beau que nous nous sommes retrouvés pour ce nouveau jeûne. Temps certes très agréable, mais aussi vaguement menaçant. Car il nous rappelle que nous sommes entrés dans une ère où l'exceptionnel devient l'habituel et que l'exceptionnel peut être aussi le pire...

Beaucoup de nouvelles têtes, venues voir à quoi peu bien ressembler un "jeûne pour le climat" après avoir entendu une émission de Radio Présence** qui lui était consacré. L'occasion d'un échange convivial pour faire connaissance et partager les points de vue.

Puis est venu le moment de la photo (ci-jointe) : nous sortons de notre local qui donne sur la terrasse bondée du restaurant qui le jouxte. L'irruption de ce groupe engendre surprise et interrogation sur les visages des convives. L'un d'entre eux accepte alors de quitter quelques instants sa tablée pour immortaliser une petit moment de joie. Merci à lui !

Nous sommes ensuite retournés dans notre local pour lire à l'unisson et méditer le magnifique "Porche du Mystère de la deuxième Vertu" de Charles Péguy.

Pendant que nous jeûnions, un événement considérable a eu lieu : le Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) adoptait les conclusions de son dernier rapport. Ces conclusions seront transmises aux Chefs d'Etats et alimenteront les négociations de la Conférence de l'ONU sur le climat à Paris en décembre 2015. Nous aurons l'occasion d'en reparler...

** : On peut écouter l'émission de Radio Présence sur :

http://www.radiopresence.com/spip.php?rubrique20

Sélectionner dans la case "Emission" le choix : "Vivante Eglise" , puis choisir la date du 29/10/2014.

Un premier novembre radieux...

Commenter cet article

bruno 22/11/2014 18:44

Tout cela est très bien, mais la question se pose : comment être davantage dans l’action ? Que proposer, concrètement, à des jeunes afin qu’ils changent quelque chose dans leur mode de vie moderne ? Quelques réflexions sur cette question :


1. Le "jeûne" est déjà en soi une action. Ce n'est pas une réflexion. Il se fait avec son corps. Notre société valorise la consommation, et dans cette perspective la non-consommation ne serait rien. Il faut redonner de la valeur au fait de ne pas consommer, y voir une action plutôt qu'une inaction. Il faut affirmer que ne pas consommer est quelque chose de très important, dans un monde où les seules choses importantes seraient produire et consommer.

2. jeûner ensemble se voit. On agit avant, pendant et après le "jeûne" en en parlant, en invitant autour de soi à y participer. Si chacun fait ce travail de communication, alors le groupe grossira et deviendra de plus en plus visible. Ou plutôt : les groupes présents dans le monde entier deviendront visibles et ensemble seront une force en vue d'influencer les discussions des chefs d'Etat fin 2015. Influencer ainsi les chefs d'états, n'est-ce pas là une action considérable ? Une action qui sera forte si elle est collective !

3. le jeûne permet à chacun de prendre conscience du problème écologique. On en parle pendant le jeûne. A chacun de voir après ce qu'il peut faire. Personne n'est parfait en la matière, chacun voit ce qu'il peut faire en fonction des contraintes qu'il a. Pour l'un, ce peut être moins de voiture, pour un autre, moins de chauffage, ou encore moins de viande... Une chose est claire : l'action individuelle est nécessaire mais ne suffit pas. La société doit s'organiser pour que chacun puisse réduire sa production de déchets. L'action individuelle doit se prolonger dans une action politique...